Retour sur le Grand Repair Café du 4 Juin

Publié par Héloise LOPEZ le

Bénévoles présents
50
Objets Reçus
63
Objets réparés
43
Kg de déchets évités
116
Repair Cafés présents
7

Retour sur le Grand Repair Café

4 Juin 2022

Le 4 Juin, à la coopérative culturelle de la Tendresse, s’est organisé un Grand Repair Café réunissant plusieurs Repair Cafés des quatre coins de la France.

Une journée qui a réunit pas moins de 50 bénévoles, armés de leurs meilleurs tournevis et leur plus belle humanité. Alors oui on a papoté, rigolé, partagé de la bonne bouffe…et réparé quelques petites choses aussi ! 😁 Mais commençons par le commencement, c’est mieux :

Le 4 Juin était à l’origine une idée toute simple :

En partenariat avec Carte Noire, nous devions organiser sur le site local de l’usine de Lavérune un méga Repair Café réunissant plein de repairiens et repairiennes, avec stands dédiés sur des objets particuliers en fonction des nouvelles compétences que nous aurions accueillies ! Malheureusement, des difficultés d’organisation nous ont poussé à retarder la programmation d’un événement avec ce partenaire ; mais nous n’allions pas abandonner l’idée du 4 Juin ! Les bénévoles étaient mobilisés, l’enthousiasme était là et certains avaient déjà loué leurs (j’insiste sur le pluriel) minibus pour traverser toute la France. Nous avons donc relocalisé l’événement à la coopérative culturelle de la Tendresse, un lieu parfait pour des expérimentations telles que cette première rencontre inter Repair Cafés.

Qui plus est, ce changement de lieu allait permettre une adaptation du programme car en marge du grand Repair Café qui attendait les visiteurs, nous souhaitions aborder, avec les bénévoles présents, et les visiteurs qui le souhaitaient, un certain nombre de questions auxquelles sont confrontés les Repair Cafés. Car c’est bien ça que nous voulons tous : du lien, du partage. Quand les questionnements et les problèmes sont en commun, l’intelligence collective fait son formidable travail ou bien quelqu’un a déjà pensé à une solution avant ! Tant de découvertes, de partages d’outils, de réflexion et de soutien dans ces tables rondes ! Vous en saurez plus un peu plus bas. 

Alors, après des mois de préparation, la veille du jour J, soit le vendredi, dès l’aurore, toute une équipe de bénévoles ultra motivés et efficaces, s’active déjà. Notre principal adversaire : le soleil. Une équipe fut dédiée à la mise en place de voiles d’ombrages et barnums pour éviter que nos bricoleurs ne partent en combustion spontanée en plein atelier. Pour le reste, la fourmilière de bénévoles s’activa à la Tendresse jusque tard dans la nuit : mise en place des tables, signalétiques, outils, matériel, bidouillages informatiques, planification, etc. Sans oublier les initiatives de nos membres : une exposition de machines à café anciennes, des panneaux et décorations en tous genres ainsi qu’un coin “comment recycler” et plein d’infos. De sacrés défis relevés ce jour-là, par une douzaine de nos courageux bénévoles : Petite pensée pour l’installation des tables rondes et ses difficultés techniques, que ce soit pour faire passer des câbles au plafond, installer les lumières, faire les tests sons et vidéos, mettre en place la visio…

Les copains qui nous ont rejoint pour l’occasion étaient donc nombreux et survoltés, que ce soit en personne : 

Ou en visio : 

Et Samedi 4 Juin, la fine équipe attendait dès 9h les premiers visiteurs, curieux et réparateurs en herbe.

Plusieurs espaces avaient été mis en place : un atelier Brico’lous (animations à destination des 6 à 12 ans sur le thème de la réparation et du réemploi), toute une partie “Repair Café classique” extérieur en mode “géant”, un espace information, buvette, etc. Enfin, la salle de concert de la Tendresse avait été reconverti en espace de tables rondes filmées avec retransmission en live, chat et projections. De quoi bien nous occuper toute une journée !

Et occupés, nous l’avons été ! Car c’est pas moins de 63 objets pris en charge, dont 68% ont pu être sauvés ! Plus de 100 kg de déchets évités.

Je ne sais pas si nous pourrons le faire. Rien ne permet d’être aujourd’hui optimiste. S’il ne s’agit que de survivre sur une planète dévastée —transformée en poubelle et en étuve —alors, en effet, peut-être vaut-il mieux renoncer. Mais les souffrances seront plus qu’immenses. Incommensurables à toutes les autres au cours de notre histoire. Il est encore trop tôt pour l’accepter. Il n’est pas impossible que nous échappions au pire. Peut-être cela relèverait-il effectivement du miracle. Mais la vie, elle-même, est une sorte de miracle.

Aurélien BARRAU

Alors, chaque objet pris en charge, chaque espoir de visiteur, chaque défi… Nous l’avons relevé ! 

Alors, de belles histoires de réparations ce jour-là : un téléviseur écran plat, un karscher (qui nous avait déjà rendu une petite visite au parc Montcalm il y a 2 mois), des machines à café (comme toujours), fers à repasser, grilles-pain et bien d’autres ! Un bonheur d’assister au partage entre bricoleurs et visiteurs, mais aussi entre les bricoleurs eux-mêmes ! Car toute la richesse de cette journée était dans l’échange : être plusieurs bricoleurs sur un objet était l’occasion de partager leurs idées et leurs astuces. Nous avons ce jour-là réparé plus d’objets, parfois nouveaux ou insolites, qu’habituellement ! Grâce à l’entraide, le partage de connaissance et l’intelligence collective, tout est possible. 

Dans l’après-midi, j’étais occupé au dépannage d’un grille pain le plus simple possible. J’avais trouvé la panne, résistance sectionnée mais à un endroit bien caché. Très nouveau repairien, je n’avais aucune idée pour réparer . Alors la force du collectif s’est révélée. Jean du RC d’Orsay et un de ses collègues ont dit : « nous on sait faire », et illico ils ont pris en charge la réparation. Elle était minutieuse (démontage, shunt de la coupure de résistance, remontage). Au bout d’une heure, le grille pain chauffait à merveille. La dame qui l’avait apporté était ravie, patiente et gentille, elle a bien fait sonner la cloche pour signaler son don conséquent. Mais surtout, avant la fin du dépannage, je m’étais déplacé et j’avais été par hasard sollicité par notre communicante de compétition Héloïse. Elle m’a demandé un numéro entre 35 et 45, pour donner le principal lot prévu par tirage au sort prévu sur la journée . Je lui ai donné le 40, le milieu, sans trop savoir à quoi il correspondait. 10 minutes après, alors que j’étais retourné aux finitions sur le remontage du grille pain avec les collègues d’Orsay, Héloïse se présente et remet à la dame le lot cadeau ! Un beau livre sous blister (La terre au cœur de la science, BRGM éditions et MTES), j’en ai eu la gorge nouée de bonheur par la surprise d’autant que j’étais le donateur de ce livre.

Bruno, bénévole au Repair Café Montpellier

De son côté, le stand des Brico’lous ne fut pas en reste. Nous avons pu proposer aux enfants des activités variées qui finissaient par les séduire : se familiariser avec les outils, assister lors d’une réparation, découvrir les objets en pièces détachés, faire des jeux, du coloriage, papoter avec nos animateurs.

Toutes ces animations nous ont donné bien faim et un fantastique repas avait été préparé pour tous les bénévoles : Du pain merveilleux de La Mie Vagabonde, boulangerie de la Tendresse tenue par Félix, des tielles toutes aussi fantastiques (version classique mais aussi végétarienne) par Pilou & Co, et en dessert des financiers à la pistache, framboise et noix de coco par Christophe Florenty du Jardin du Népal. Ajoutons à toutes ces douceurs des entrées, salades et desserts supplémentaires apportés par les bénévoles et vous obtenez une belle équipe en digestion pour les 15 prochaines heures !

L’estomac chargé et le moral regonflé à bloc, tout ce joyeux monde pu repartir vers les tables rondes organisées à l’intérieur. 

Face à l’ampleur du désastre écologique, économique et humain que notre écosystème est en train de traverser, nombre de Repair cafés se sentent totalement démunis et parfois bien seuls. Ces tables rondes (disposées en triangle, pour des raisons techniques) avaient pour objectif un partage de vécu, de connaissances, d’astuces, de solutions potentielles sur des questions auxquelles nous sommes régulièrement confrontés en tant que Repair Cafés. 

Cinq grandes thématiques ont été retenues pour cette première rencontre : 

  • Les questions de sécurité et plus particulièrement de sécurité électrique. Afin de recevoir le public dans les meilleures conditions tout en intervenant sur des appareils potentiellement dangereux sur le plan électrique. Une préparation, une organisation rigoureuse est indispensable. Cette table ronde nous a permis d’échanger sur les solutions potentielles pour aborder cet aspect. 
  • La gestion des fiches d’interventions et la capitalisation des résultats d’interventions. Aider les visiteurs à réparer, c’est la vocation première des Repair Café. Mais, depuis longtemps déjà il est apparu de manière évidente à qui comprend réellement la cause que ces informations de réparation devraient être répertoriées à des fins statistiques afin de faire avancer la lutte contre l’obsolescence organisée. 
  • L’organisation face au flux des visiteurs durant un atelier. Tenir un Repair Café, sans forcément connaitre à l’avance le type d’objets pris en charges, ni le nombre de visiteurs qui vont se présenter relève parfois de l’exercice d’équilibriste pour à la fois ménager les réparateurs qui sont, est-il nécessaire de le rappeler des BENEVOLES et d’un autre coté d’aider des citoyens qui conscient de l’importance de nos actions sont de plus en plus demandeur. Ce groupe d’échange a porté sur les potentielles problématiques de ce genre de situations. 
  • Le recrutement et la fidélisation des bénévoles. Une association, ce n’est pas qu’un statut juridique, c’est avant tout un collectif de citoyen(e)s qui s’unissent pour construire autre chose (T.Kuhn). Les Repair cafés, comme d’autres associations sont souvent confrontés à des difficultés pour fédérer de nouveaux adhérents motivés. 
  • Les problématiques éthiques liés à nos actions. La fin justifie-t-elle toujours les moyens ? Vaste question en vérité car si nos actions visent à toucher tous les publics et bien souvent les plus défavorisés, toute la logistique d’un Repair café nécessite aussi des ressources financières et logistiques. La question se pose alors quelques fois pour les instances décisionnaires de pouvoir peser le pour et le contre face aux sollicitations de potentiels partenaires. 

Nombre d’autres questions auraient encore pu être abordées et le seront dans les prochains mois afin de renforcer notre présence au sein des collectivités territoriales. Alors, Repair cafés, proches ou plus lointains, rejoignez-nous pour en discuter et mobilisons-nous pour un avenir meilleur. 

Chaque Repair Café, quel que soit son mode de fonctionnement ou ses envies de progression, rencontre les mêmes questionnements : Les mêmes faiblesses, couacs d’organisation et difficultés, mais aussi les mêmes forces et cette passion qui nous anime : La révolte par la réparation ! Pas étonnant alors que ces échanges furent si riches : outils digitaux développés pour la gestion des fiches objets, process d’organisation des ateliers, parcours d’accueil des nouvelles bénévoles, réflexion éthique sur le positionnement des Repair Cafés vis à vis de certaines prestations ou partenariats, etc. 
 

Nous ressentons plus que jamais l’impulsion de se fédérer, de réunir les Repair Cafés. Certainement pas dans un but de normalisation, car ce sont nos différences d’approche et d’organisation qui font notre richesse, mais avec l’idée de devenir plus forts par l’entraide et le soutien. Si nous ne sommes pas d’accord, tant mieux ! Explorons le pourquoi, le par quoi, le pour qui. Les Repair Cafés sont des bulles d’entraide, d’apprentissage par la coopération, de lutte contre un système qui cherche à nous isoler, de lien social : appliquons cette belle logique à nos relations entre Repair Cafés, et participons à la création de nouvelles bulles ! 

Très enthousiasmant tout ça, mais il ne faut tout de même pas négliger l’essentiel… heureusement que certains étaient là pour nous le rappeler : )

Le soir, nous avons eu droit à un dîner spectacle improvisé :  

Théo nous a régalé d’une ribambelle de plats vegans, surprenants et délicieux : houmous, tsatsiki, salades, caviar d’aubergines et tant d’autres merveilles ! Tellement à dire vrai que n’avons pu manger que la moitié. Pendant ce temps, un moment d’impro musicale a explosé entre un joueur de guitare, un saxophoniste génial et quelques chœurs enthousiastes ! Beau moment, merci à vous les musiciens et les chanteurs de talent pour cette magie de fin de soirée. Quant aux nombreux plats restants de Théo, ils furent amenés le lendemain à l’Oasis Citadine où nous organisions un atelier plus tranquille sur la journée, à l’occasion de leur festival “Zéro Déchet”. Toujours dans la bonne humeur, on ne lâche rien et on garde le cap ! 

Toute cette histoire fut une sacrée aventure. Merci à tous les présents et tous les soutiens à distance. Avoir partagé tout ça avec vous nous donne déjà envie d’une seconde édition ! 

On vous laisse avec Martine Postma, fondatrice du premier Repair Café à Amsterdam en 2009, qui a eu l’incroyable gentillesse de penser à notre Grand Repair Café :

Bénévolement vôtre, 

L’équipe RCM 

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.